London 2012 : La France monte en pression

Suite à de nombreuses inquiétudes pour notre équipe de France, les Bleus semblent maintenant dans la bonne direction pour entamer la compétition Olympique.

On a eu chaud en ce début d’été, non pas au niveau de la météo, mais à cause de toutes les mauvaises nouvelles qui ont entouré l’EdF au début de la préparation : blessure de Noah, refus de certains NBAers, blessure à l’oeil de Tony Parker, l’incertitude d’Ali Traore, les problèmes d’assurance…

Mais au final, les Bleus ont réussi à redresser la barre et montré de belles choses face à de grosses équipes, et c’est d’autant plus encourageant qu’ils ne sont pas à 100% (TP ajuste son oeil et Batum n’a joué que quelques minutes jusqu’ici).

Il y a d’abord eu cette défaite face à l’Espagne. Certes une défaite, mais pleine d’enseignements, et avec une grosse volonté. Le gros problème de l’EdF a souvent été son mental. Mais avec l’expérience du dernier Eurobasket, une noyau dur et bien sûr le leadership de TP, le mental pourrait bien devenir notre force cette année.

Car nous avons une position d’outsider pour ces J.O, même avec notre médaille d’argent européenne. Face à nous se dressent de très grosses équipes : les USA, l’Espagne, la Lituanie, l’Argentine, le Brésil…

Et c’est justement avec cette victoire sur le Brésil (78-74) qu’on a pu se rendre compte du potentiel de notre équipe de France 2012. La raquette brésilienne est une des plus forte de la compétition (Nene, Splitter, Varejao) et son backcourt n’est pas mal non plus (Barbosa,  Marcelinho).

Même avec l’absence de Noah, notre raquette n’a pas à rougir : l’énergie et la défense de Turiaf, la montée en puissance et l’apport offensif de Séraphin (qui pourrait devenir un des meilleurs intérieurs européens), la patte gauche de Traoré et bien sûr le capitaine Babac et l’infatigable Flo Piétrus nous permettent de regarder dans les yeux n’importe quel adversaire. Une bonne nouvelle quand on doit affronter des « Gasol-Gasol-Ibaka » par exemple.

Les français au charbon dans la raquette brésilienne

 

Nos swingmen devraient cette année combler une de nos légendaires lacunes : le shoot à 3 pts. Gélabale bien sûr mais aussi Batum et Causeur vont apporter des points. Mike a toujours brillé au scoring sous le maillot bleu, et Batum avec son nouveau gros contrat et Causeur avec son titre de MVP français auront à coeur d’imposer leur nouveau statut. Et de l’autre côté du terrain, le secteur défensif sera l’un de nos gros atouts, notamment avec Bokolo et la présence de dernière minute du Yak.

Nando de Colo a quant à lui brillé face au Brésil (13pts, 4 pds, 3 int). Lui aussi a un nouveau statut à affirmer : celui de NBAer après sa signature avec San Antonio, et une brillante saison en Espagne.

Et enfin Tony Parker l’a déclaré a de nombreuses reprises : ces J.O sont une énorme source de motivation pour lui, et malgré son nouveau look (sa blessure à l’oeil l’oblige à porter des lunettes), nul doute qu’il brillera lors de la compétition.

Si on résume notre EdF a de sérieux atouts avec un effectif rempli d’expérience en NBA (TP, Diaw, Batum, Turiaf, Séraphin, Gélabale, Diawara),  dans les meilleurs championnats européens (Traoré, De Colo, Piétrus) ou au plus haut niveau français (Causeur, Bokolo). Certes les USA et l’Espagne semblent des obstacles insurmontables, mais nous avons les armes pour les combattre durant 40 minutes. L’objectif minimum devrait donc être le Bronze, mais le mental, la volonté et l’expérience des Bleus pourraient les propulser encore plus haut.

Le calendrier va d’ailleurs nous permettre de se tester face aux USA dès l’entame de la compétition. Alors pourquoi pas créer l’upset d’entrée. Réponse dans une semaine à Londres.


Réaction Ronny Turiaf, France-Brésil, Strasbourg… by FFBB

Retrouvez le calendrier, les équipes et toutes les infos sur london2012.fiba.com.

You may also like...