Comme un gamin à Bercy : Knicks vs Wolves – NBA Europe Live

Ce NBA Europe Live Tour aura été quelque peu troublant, mélangeant de nombreux sentiments pour les fans (et moi le premier), entre adoration et frustration.

Tout d’abord l’affiche a suscité quelques mécontentements pour les fans français estimant que deux équipes non qualifiées en Playoffs n’étaient pas forcément la meilleure affiche à proposer. Mais grâce à la magie de l’intersaison et des trades à tout va, notre Ronny national venait redonner des couleurs à cette affiche, permettant ainsi de voir un de nos meilleurs NBAers français sous son nouveau maillot. Il faut dire que les italiens ont pu voir leur Danilo face à Milan et les espagnols leur Pau face à Barcelone. Mais n’oublions pas que nous avions eu droit à un Spurs – ASVEL il y a quelques années aussi, chacun son tour.

Ensuite la grosse polémique a été autour du prix des places, jugé bien trop cher pour un match de pré-saison. Personnellement, j’avais décidé de ne pas assister au match en voyant les prix des catégories 3 (près de 70 euros pour une place moyenne, pas dans mon budget). Puis l’incroyable retournement de situation 50 euros la place en catégorie 1 (au lieu de 120). Je n’ai pas hésité une seconde à réserver cette place, me rendant le plus heureux des fans, mais ce qui a dû en faire enrager plus d’un…

Enfin pour le match en lui même, je ne vais pas faire le recap, d’autres l’ont déjà fait avant moi, juste les grands points que j’ai relevé : Deux énormes contres de Ronny, la découverte des prometteurs intérieurs Mozgov et Pekovic, la team spirit des Wolves qui sans réelle star semble trouver une réelle cohésion d’équipe, la domination de Kevin Love dans la raquette qui s’impose comme un 4 très costaud (scoring, rebonds, passes), les rookies Fields et Rautins qui ont du basket plein les jambes, et le rookie Wesley Johnson qui devrait devenir une star. Au niveau de l’appréciation générale, c’était un petit match de pré-saison qui ne restera pas dans les annales du Basket mais qui aura permis aux fans français de jauger deux équipes en complète métamorphose par rapport à l’année dernière.

Au final, malgré toutes ces critiques (fondées ou non), j’assistais à mon premier match NBA, et pour l’avouer, j’étais comme un gamin dans Bercy. Cela m’a fait d’autant plus regretter de n’avoir jamais eu de places pour ce fameux Chicago Bulls – Paris Basket Racing pour l’Open McDonald’s 1997, autrement appelé Jordan v.s Dacoury (dont j’ai encore la VHS chez moi).

Ces initiatives de la NBA peuvent donc toujours être critiquées par les fans inconditionnels que nous sommes (et peut être par notre mentalité française) mais le NBA Europe Live Tour est réellement génial quand on y regarde de plus près. Et de pouvoir assister à des évènements basket dans ce pays ou notre sport est si peu (ou bien si mal) représenté, voir tous ces fans avec des maillots des Knicks crier D-Fense dans Bercy, avoir le pianiste et les pom-poms du Garden, la Kiss Cam, la mascotte des Wolves et tout le tralala, on s’y serait cru.

La NBA va encore un peu plus loin cette année avec deux matchs de saison régulière chez nos voisins anglais à l’O2 Arena. Là encore j’entends déjà les critiques concernant l’affiche Nets – Raptors, mais pourtant imaginez qu’il y a quelques années on galerait pour voir un match à la TV et on aurait regardé n’importe quel match en étant le fan le plus heureux du monde (même en crypté en plissant les yeux pour tenter de suivre le match), et là deux vrais matchs NBA sont juste à côté de chez nous.

Pour conclure je dis simplement bravo à ce type d’initiatives de la NBA, et même si mon côté parisien critiquera toujours un peu, je resterai toujours comme un gamin émerveillé face à un match NBA.

You may also like...